logo



L'indépendance de l'Albanie

Dès le début du XIXème siècle, le déclin de l’Empire ottoman s’amorce avec, en 1830, le détachement de la Grèce et l’Algérie. La Grèce ayant proclamé son indépendance et l’Algérie étant passée sous l’occupation française. En 1878, c’est au tour de la Bosnie-Herzégovine de se séparér de l’Empire pour être annexée à l’Autriche-Hongrie. La même année, la Serbie et la Bulgarie déclarent leur indépendance. En 1881, une partie de la Tunisie devient colonie française et, en 1882, la Grande-Bretagne s’octroie l’Egypte.

De ce fait, l’Empire ottoman devient le vieil homme malade de l’Europe et les différents territoires anciennement envahis cherchent à s’émanciper en déclarant leur indépendance. C’est pourquoi, en 1878, l’élite intellectuelle albanaise fonde la Ligue de Prizren (Lidhja e Prizrenit) dans le but de réunir les Albanais des quatre sandjaks ottoman qui étaient Janinë, Shkodër, Manastir et le Kosovo. Assez vite, la ligue chasse les représentants de l’administration ottomane et les Albanais deviennent maîtres de leurs régions. Toutefois, ne possédant pas assez d’hommes à ses cotés, la Ligue de Prizren est rapidement battue, à Prizren et à Gjakovë, en 1881, et Abdyl Bey Frashëri, membre important de la ligue, est emprisonné.

La fondation de ce mouvement est également l’expression d’une volonté albanaise de prendre son destin en main et de ne plus être dépendante des grandes puissances de l’époque. En effet, lors du Protocole de Londres en 1877, l’autonomie est accordée à plusieurs nations de l’Empire ottoman dans les Balkans, mais pas à eux. En 1878, après le Traité de San Stefano, les pays voisins profitent pour prendre à l’Empire ottoman un grand nombre de terres albanaises. Le sud est donné à la Grèce, le Nord ouest au Monténégro et l’est à l’actuelle Macédoine, qui autrefois faisait partie de la Bulgarie. Sous la menace d’un démantèlement total du pays, le 28 novembre 1912, Ismail Qemali déclare l’indépendance de l’Albanie à Vlorë.

Lors du Traité de Londres en 1913, malgré les principes sur lesquels les nouvelles frontières devaient être formées, le Kosovo, qui était une terre albanaise, est donné à la Serbie. C’est donc près de la moitié de la population albanaise qui est séparée après le Traité de San Stefano en 1878 et le Traité de Londres en 1913 qui étaient d’avantages des Traités conclus dans le but de préserver les intérêts des grandes puissances de l’époque plutôt que d’organiser une paix durable. La preuve en est, la première guerre mondiale est déclarée peux de temps après ces différents « accords de paix ».

Finalement, les frontières actuelles de l’Albanie ne deviendront fixes qu’en 1920 après son adhésion à la Société des Nations.